Le DFAE affine ses conseils aux voyageurs sur la Turquie

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a légèrement adapté les conseils aux voyageurs se rendant en Turquie. Sans nullement déconseiller les voyages en Turquie, le DFAE rappellent que certaines infractions sont désormais punissables.

Attention à Internet et aux médias sociaux.

Les infractions à l’interdiction d’exporter des biens culturels de toute nature (antiquités, monnaies et objets anciens, fossiles, pierres sculptées, etc.), même de valeur modique, sont ainsi passibles de peines de détention pouvant aller jusqu’à dix ans. Des déclarations ou des actes portant atteinte à l’unité de l‘Etat ou faisant injure ou dénigrant l’Etat, ses institutions, ses hauts représentants ou ses symboles sous quelque forme que ce soit sont interdits.

Des injures et des dénigrements du Président de la République, du Gouvernement, du fondateur de la Turquie moderne Moustapha Kemal Atatürk, de la police, de l’armée, de l’hymne ou du drapeau sont passibles d’une amende ou d’une peine de détention. Des remarques critiques au gouvernement publiées sur internet ou les réseaux sociaux font également partie des infractions punissables ainsi qu’abîmer ou déchirer les billets de banque. Il est interdit de photographier des installations militaires et de prendre des clichés à l’intérieur des zones de sécurité militaires. Les infractions à la loi sur les stupéfiants, y compris la détention de minimes quantités de drogue quelle qu’elle soit, sont passibles de lourdes peines de prison (jusqu’à 20 ans).

Le DFAE rappelle enfin que les autorités turques considèrent les doubles nationaux turco-suisses comme des ressortissants exclusivement turcs et n’autorisent pas toujours l’octroi par la Suisse de la protection consulaire.